vendredi 22 février 2019

Tout change (2) - Cherokee



2350e jour - Deux mondes : Cherokee, patelin touristique de Caroline du Nord dans les années cinquante et aujourd’hui. Et des envies de se vautrer dans la nostalgie.

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

jeudi 21 février 2019

Tout change - Milwaukee



2349e jour - Partir en quête de ce que l’on peut reconnaître : le bâtiment principal sur la gauche, un clocher au loin, une ligne jaune au centre de la chaussée… Constater que c’est tout le reste, au final, qui saute à la figure.

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

mercredi 20 février 2019

L'enfer de Paradise



2348e jour - À cause de son nom, aujourd’hui j’ai voulu voir Paradise, comté de Butte au nord de la vallée centrale de Californie. Me documentant après avoir pris quelques images, j’ai découvert que la ville vient d’être entièrement détruite par l’incendie dévastateur de novembre 2018 connu sous le nom de Camp Fire (le plus meurtrier qu’ait jamais connu la Californie).
Le feu avant le feu… Les images de Google Maps datent d’avril 2018 mais par un étrange effet prémonitoire, la première chose que j’ai aperçue me projetant dans Paradise (et à laquelle je prévoyais de dédier, du reste, un post futur), a été une voiture abandonnée en bord de route, entièrement calcinée.




/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

mardi 19 février 2019

Les gestes de l’intimité - Rome

2347e jour - Malgré le flou des visages, s’émouvoir de l’extrême attention que portent deux petites filles aux gestes de leur mère…

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

lundi 18 février 2019

Deux corps serrés - Rome


2346e jour - Les premiers émois, les amours adolescentes, la chaleur des corps, le cœur de l’autre que l’on sent battre à tout rompre…
Viale Gabriele D’Annunzio, pas très loin des jardins de la Villa Borghese.

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

vendredi 15 février 2019

Des lumières dans la nuit - Muncie




2345e jour - Une route au sud de Muncie, Indiana. La nuit est en train de tomber, on est en août. Et je ne peux m’empêcher de penser qu’une scène pareille ferait un bon début pour la saison 4 à venir de Fargo, la série des frères Coen…

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

jeudi 14 février 2019

Roadside attraction - Peoria



2344e jour - Peoria, Illinois. Une façon comme une autre d’attirer le client…
Chose étonnante, dans un passé pas si lointain (2011), la femme au maillot de bain portait jupe et chemisier (ci-dessous).



/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

mercredi 13 février 2019

Que restera-t-il ? - Venice




2343e jour - Réflexion 1 : que restera-t-il, dans deux ou trois cent ans, de toutes ces images que l’on fait aujourd’hui ? (souvent je me le demande)
Réflexion 2 : je me sens plein d’ambivalence car, tout à la fois, je me réjouis de cette abondance et dans le même mouvement, aussitôt, je la déplore.

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

mardi 12 février 2019

La femme au smartphone - Ielabouga

2342e jour - Il m’arrive de rêver qu’elle est en train – circonspecte ? fascinée ? –, sur son téléphone, de visiter ce blog.
L’image date de juin 2017, un mois où il a été question ici de Huntsville, de Paris, de Belfast, de Tokyo ou encore d’Ivan-Frankivsk en Ukraine.

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

lundi 11 février 2019

In/Ex - Ielabouga


2341e jour - Une image prise en extérieur, une autre en intérieur. Deux facettes d’un même monde, deux évocations d’une même réalité – la Russie lointaine – qui me fascine autant qu’elle m’échappe.

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

vendredi 8 février 2019

Suivre les mariages - Ielabouga


2340e jour - J’aime observer de loin les mariages, les mariés, les invités. J’aime deviner quand ces derniers se sont “habillés” pour l’occasion (j’aime les costumes neufs et les robes d’apparat).
J’aime les postures que chacun essaye de prendre pour se donner une contenance. J’aime voir les petits groupes se former. J’aime aussi voir ceux pour qui c’est une corvée, ceux qui sont un peu à l’écart et qui considère la scène comme si eux-même n’en faisaient pas partie.

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

jeudi 7 février 2019

Dernière demeure - Ielabouga





2339e jour - Une maison du centre d’Ielabouga. C’est là, au cœur de la guerre, que Marina Tsvetaïeva a trouvé la mort.
 « Éparpillés dans des librairies, gris de poussière,
 Ni lus, ni cherchés, ni ouverts, ni vendus,
 Mes poèmes seront dégustés comme les vins les plus rares
 Quand ils seront vieux. »
                              — Marina Tsvetaïeva, 1913
En juillet 1941, à la suite de l'invasion allemande, Marina Tsvetaïeva et son fils acceptent d'être évacués à Ielabouga, dans la république de Tatarie. Elle s'y retrouve seule et sans aucun soutien. Même pas deux mois plus tard (le 31 août 1941) elle se pend après avoir essuyé des refus dans ses démarches pour trouver du travail (il semblerait également qu’une poignée de jours avant sa mort elle ait été convoquée par le NKVD local qui lui aurait demandé – chose impensable – de devenir informatrice).
Elle est enterrée au cimetière Petropavlovsk de Ielabouga, mais l'emplacement exact de sa tombe n’est pas connu.

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci