mardi 21 janvier 2020

L’apparition - Fairfax

2502e jour - Fairfax, quelque part au nord de San Francisco. Une route toute en courbes, en montées, en descentes. Et puis soudain, à proximité pourtant des habitations, une apparition.




/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

lundi 20 janvier 2020

L’amour du ballon rond - Playa Palmares




2501e jour - Une plage à proximité de Puero Vallarta sur la côte pacifique du Mexique. J’aimerais me joindre à eux, juste pour le plaisir de taper dans un ballon, sur du sable humide, en bordure d’océan.

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

vendredi 17 janvier 2020

Urbex - Liège







2500e jour - Le fort de la Chartreuse domine le quartier d’Amercœur à Liège. Construit entre 1817 et 1823, à l’époque du Royaume uni des Pays-Bas, il a pour vocation de protéger la cité, rôle qu’il ne jouera jamais vraiment. Déclassé en 1891, il devient simple caserne. Pendant la Première guerre mondiale, il sert de prison pour les patriotes belges. Plus tard, en 1944, l’armée américaine l’utilise comme hôpital militaire. Le temps passe. De moins en moins utile au ministère de la défense, il est démilitarisé en 1981. Les derniers militaires quittent l’ancien fort en 1988. Depuis, des associations de protection de la nature (le WWF notamment) se mobilisent pour la conservation du site devenu refuge hivernal pour les espèces cavernicoles. Aujourd’hui, une végétation arborée couvre remparts et glacis et s’infiltre au cœur de bâtiments dont on se demande combien de temps encore ils tiendront.

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

jeudi 16 janvier 2020

Promenade en images - Liège

2499e jour - Une matinée entière errer dans la ville avec l’idée de faire des images…












/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

mercredi 15 janvier 2020

Le mur de Chet - Liège


2498e jour - Lecture de Blues pour trois tombes et un fantôme de Philippe Marczewski, éditions Inculte. Page 70 :
Depuis 2012, à Liège, rue Charles-Morren, une œuvre murale de Jérémy Goffart occupe toute la hauteur du mur aveugle d’une maison, elle représente Chet Baker en contre-plongée, en noir et blanc sur fond bleu, plutôt jeune, et de la musique s’élève en nuages roses, verts, gris et jaunes autour du pavillon de sa trompette. Ça fait quelques années, maintenant, je n’ai pas encore réussi à décider si je l’aime ou pas, mais le fait est qu’elle en jette, et quand on quitte l’autoroute par la sortie qui mène au centre de la ville, elle saute aux yeux, monumentale. Le site internet de la Ville la présente avec audace et conviction : Cet hommage au jazz et à Chet Baker en particulier, virtuose américain attaché à Liège pour y être passé à la fin de sa vie, où il travailla avec de nombreux musiciens belges, nous rappelle combien l’histoire d’amour entre Liège et le jazz ne date pas d’hier…
Il y avait, je crois, du monde à l’inauguration.

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

mardi 14 janvier 2020

À bout de souffle - Amsterdam


2497e jour - Amsterdam. À côté de la statue de la Liberté évoquée hier, il y a l’hôtel Prins Hendrik dont tous les inconditionnels de Chet Baker connaissent le nom.
François Forestier dans le Nouvel Observateur, numéro du 10 janvier 2017 :
Un peu de sang sur le pavé ; le corps gît face au canal, dans la nuit de mai. Il est 3 heures du matin à Amsterdam, le néon de l’hôtel Prins Hendrik grésille. Un policier arrive, soulève Chet Baker. "Is dood" – il est mort. Le visage du jazzman, marqué par la came et la douleur, est strié de rides, joues creuses, regard déjà terne. Dans la main, il tient quelque chose, sous sa poitrine. Le policier regarde : une trompette. Dans la chute, elle a été aplatie. Chet Baker est parti avec son instrument magique. Cet homme, qui a donné la plus belle, la plus douce version de "My Funny Valentine" – do, do majeur 7, do 7, si bémol majeur 7, fa 7 (bémol 5), sol 7 (bémol 9) – est là, dans Zeedijk, le quartier des putes, des macs, des marins en bordée, des dealers et des toxicos. Il a 58 ans en 1988. Il n’en aura jamais 59. C’est la fin de la route, pour lui.
La police classe vite cette mort sous la rubrique "suicides", point final. Juste un drogué de moins. Sauf que… Sauf que la fenêtre à guillotine de la chambre 210 ne s’ouvre que sur 30 centimètres, pas assez pour un suicidaire. Et, du deuxième étage, le choc de la chute est-il assez puissant pour tuer ? La légende – mais est-ce bien une légende ? – naît là : des dealers sont venus se faire payer, et Chet Baker, fauché, a tenté de négocier. Ils ont menacé de lui arracher sa trompette. Il s’est défendu. Il a été balancé dans le vide. A Zeedijk, les junkies font courir la rumeur : Chet Baker est un héros de l’héro.

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

lundi 13 janvier 2020

Une nouvelle Liberté - Amsterdam

2496e jour - Après Paris (ici), Bordeaux (ici), Cambrin (ici), Cléguérec (ici), Rio de Janeiro (ici), Legoland (ici), Roybon (ici), Hambourg (ici), Saint-Cyr-sur-Mer (ici), Colmar (ici), Villiers-le-Bel (ici) et Barentin (ici), j’ajoute un exemplaire à ma collection de statues de la Liberté. Celle-ci est à Amsterdam, sur les quais à proximité d’Amsterdam Centraal.



/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

mardi 24 décembre 2019

Trêve des confiseurs

Et maintenant un petit break. Reprise du voyage début janvier.
Bonnes fêtes à tous !!!

Les américains sont fous - Santa Claus





2495e jour - Santa Claus, Indiana. Les américains me fascinent, eux qui peuvent nommer un village Christmas (post d’hier) ou Santa Claus. Ils me fascinent aussi quand ils installent leur père Noël “promotionnel” face au cimetière.

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

lundi 23 décembre 2019

Going Out Of Business… - Christmas



2494e jour - “Ma petite entreprise connaît aussi la crise”, chantait le père Noël. Christmas, Michigan.

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

vendredi 20 décembre 2019

La plus grande croix d’Amérique du Nord - Branson

2493e jour - Branson, Missouri, n’est pas célèbre que pour son Titanic Museum. La ville abrite aussi la plus grande croix d’Amérique du Nord, la cinquième plus grande au monde (elle est précédée de croix plantées au Liban, au Chili, aux Philippines et en Espagne). Celle-ci mesure 66 mètres de haut. Elle est faite d’acier d’un pouce d’épaisseur. Vingt-deux boulons de sept pieds de long la maintiennent fixée au sol. Elle est équipée de balises lumineuses à son sommet (exigence de la Federal Aviation Administration). L’intérieur de la croix n’est pas accessible au public mais est tout de même équipé d’une échelle pour permettre l’entretien des susmentionnées balises.



/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

jeudi 19 décembre 2019

Musées à la chaîne - Branson





2492e jour - Découvrir, en enquêtant, que le Titanic Museum de Pigeon Forge, Tennessee (visité hier), n’est pas le seul de son espèce. Un musée à l’identique (ou presque) existe à Branson, Missouri. Les deux entités appartiennent au même homme : John Joslyn, producteur de films sur le Titanic ou sur l’Atlantide (sic). Une des rares différences entre les deux musées : les visiteurs, ici, pénètrent (re-sic) par l’iceberg artificiel.

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci