mardi 16 avril 2024

D’un portrait l’autre - Paris



3327e jour - Les pelouses de Reuilly. La semaine dernière, j’y suis allé en “repérage” dans Street View parce que dans l'après-midi j'avais quelqu'un à photographier – je cherchais un espace vert dans le quartier. L’endroit me semblait parfait mais quand finalement nous nous sommes pointés sur place, les grilles du parc, à mon grand désarroi, étaient fermées. Les pelouses ne rouvriront pas avant l’automne car ici aussi on prépare les JO. C’est sur les pelouses de Reuilly en effet qu’on est en train d’installer le camp de base des 5000 militaires qui assureront la sécurité des jeux. Le camp sera baptisé camp Alain Mimoun en hommage au champion olympique du marathon de 1956. Mes portraits, il a fallu que j’aille les faire ailleurs. Ne me restent que les images faites dans Street View – parfois, la vie est plus facile dans les mondes virtuels.

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

lundi 15 avril 2024

Het Zinneke - Bruxelles




3326e jour - Rue des Chartreux (Karthuizersstraat) à Bruxelles. C’est d’abord l’Invader que j’ai remarqué, que j’ai voulu photographier. Il m’a fallu quelques secondes pour réaliser qu’il y avait aussi, dans le champ, ce facétieux chien surpris en train d’uriner…
Wikipédia : Het Zinneke, aussi appelée Zinneke-Pis, est une sculpture en bronze de Tom Frantzen qui représente un chien en train d'uriner contre un potelet. Installée depuis 1999 à l'angle de la rue des Chartreux et de la rue du Vieux-Marché-aux-Grains à Bruxelles, elle a été commandée par le comité de quartier des Chartreux pour attirer les touristes. […] En dialecte bruxellois, Zinneke désigne, à la fois, la petite Senne, la rivière qui contournait Bruxelles, et un chien bâtard.
La semaine commence bien (je crois).

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

vendredi 12 avril 2024

La destinée d’un tore - Bellflower



3325e jour - Bellflower dans le comté de Los Angeles. Dans les années cinquante, ici, a ouvert un restaurant de la chaîne Big Donut Drive In. À la fin des années soixante-dix, le Big Donut Drive In est devenu Taco Hour. Les propriétaires du lieu ont gardé le donut qui se voyait de loin, ils l’ont repeint. Et, allez savoir pourquoi, ils ont éprouvé le besoin de lui ajouter des aiguilles d’horloge… Aujourd’hui, le donut devenu tacos est un bagel (un bagel c’est toujours mieux qu’un tacos). Et, bien sûr, je ne peux m’empêcher de me questionner sur ce qu’il sera dans vingt ou trente ans.




/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

jeudi 11 avril 2024

Ce que l’on ne voit pas à la télé - Sao Paulo










3324e jour - Les traces de gomme en gros plan ::: les herbes qui essayent de se frayer un chemin au cœur du béton, du goudron ::: les jointures imparfaites des bordures ::: les à-côtés ::: le détail, image arrêtée, du tracé ::: le circuit sans la moindre voiture, loin du tumulte de la course… Entend-on des oiseaux ? des chiens qui aboient à proximité ? des enfants qui jouent ?

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

mercredi 10 avril 2024

5 minutes au bout du monde - Vila da Paz









3323e jour - Dans une journée plus que chargée, prendre cinq minutes pour se promener là où l’on n’est jamais allé, en l’occurrence Vila da Paz, quartier qui tient de la favela au sud-ouest de Sao Paulo, pas très loin du circuit automobile d’Interlagos (les week-ends de grands prix, sans doute entend-on, ici, la fureur des moteurs). Relever la présence d’un chaton noir ou d’un institut de beauté (Studio Mah Santos - Manicure e pedicure) des plus improbables.

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

mardi 9 avril 2024

Un spot - Jardim Baraba





3322e jour - C’était un spot improbable pour skateurs en mal de sensations. En plein saut, sans doute pouvait-on apercevoir les eaux de la rivière Jurubatuba qui coule en contrebas. Aujourd’hui, la rampe n’est plus. Elle a été remplacée par deux bâtisses qui elles-même se sont transformées au fil des années. Rien n’est éternel, nous le savons.
Jardim Baraba au sud-ouest de Sao Paulo.



 

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

lundi 8 avril 2024

Suspension - Trinitapoli





3321e jour - Aux abords de Trinitapoli, dans les Pouilles, pas très loin de l’Adriatique. On l’aperçoit de loin, de la route, la voiture suspendue. On hésite presque à emprunter le chemin qui mène à la maison, de crainte que ce soit là une forme de guet-apens. On prend des photos, vite (on imagine que quelqu’un pourrait surgir bien que la maison semble abandonnée). On est fasciné par le pigeon, suspension au carré, posé sur la galerie du véhicule.

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

vendredi 5 avril 2024

Un monde imaginaire - Lamarche



3320e jour - Lamarche au Québec, et l’impression parfois de se promener dans un monde dessiné par une quelconque intelligence artificielle…




/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

jeudi 4 avril 2024

Les limites du médium - à proximité de Tecoripa



3319e jour - Ruta de la Sierra, entre Sonoma et Sinaloa, à proximité de Tecoripa… La vérité, c’est que je me suis demandé s’il s’agissait d’une tornade ou simplement d’un feu de broussailles… La vérité, c’est que me promenant dans Google Maps, je n’ai pas pu aller voir de plus près, pour savoir (dans la réalité, ceci dit, aurais-je osé m’approcher ?).

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

mercredi 3 avril 2024

Un jour viendra où la Terre reprendra ses droits - Nagasaki











3318e jour - En 2014, au 1299e jour de ce voyage – c’était à Gdansk –, j’ai écrit :
J’aime ces plantes qui surgissent du béton, du goudron, qui profitent d’une fissure, qui la créent. Elles poussent là où il n’y a pas de terre apparente. Elles sont une forme de rappel. Elles disent : la Nature est plus forte que tout/que vous. Et aussi : ce qui est là, construit par l’homme – ce qui semble si solide ! – n’est pas éternel ; un jour viendra où la Terre reprendra ses droits.
Ici, à Nagasaki, je persiste et signe. Toujours aussi ému !

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci