lundi 16 janvier 2017

Union Station - Gary, Indiana

1876e jour - Fut un temps, on pouvait espérer arriver à Gary par le train. Aujourd’hui, la gare n’est plus ; n’est plus qu’un tas de gravas et de métal plié.
Il arrive encore qu’on entende des convois passer mais ce sont des trains de marchandise. Ils ne s’arrêtent pas ; ils sont de moins en moins nombreux de toute façon. Les aciéries qu’ils desservent sont elles aussi mal en point.







/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

vendredi 13 janvier 2017

La découverte - Châtillon


1875e jour - Se promener dans la ville que l’on habite, son quartier. Errer en quêtes de détails inconnus ou secrets. Et là, sur une place située à une centaine de mètres à peine de la maison que l’on habite, sur un kiosque à journaux, entre Causette, Books et productions Marc Dorcel, tomber sur une couverture que l’on a réalisé…

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

jeudi 12 janvier 2017

Wagons sur l’eau - Morgan City

1874e jour - Plaisir du jour : suivre, de loin, la lente avancée d’un convoi ferroviaire par-dessus les eaux de l’Atchafalaya…

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

mercredi 11 janvier 2017

Avant/Après - La Nouvelle-Orléans


1873e jour - Le paysage urbain n’a rien d’immuable… En août 2005, ici, s’est abattu Katrina.
La Google Car est passée une première fois peu après. Une partie des maisons atteintes étaient encore debout mais plus pour très longtemps. Elle est repassée six ans plus tard, enregistrant ainsi tout autant les ravages causés par l’ouragan que par la crise qui a suivi.


 •




/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

mardi 10 janvier 2017

Chester’s Cypress Inn - Morgan City

1872e jour - Lectures de Chroniques de Bob Dylan, page 216 :
L’après-midi pointait et nous roulions depuis un moment. La poussière volait, j’avais la bouche sèche et le nez bouché. La faim pointant aussi, nous nous sommes arrêtés au Chester’s Cypress Inn, sur la Route 20 près de Morgan City – poulet frit à la carte, poisson et cuisses de grenouille. […] Poisson-chat, okra et Mississippi mud pie sont vite arrivés – dans des assiettes en carton. La cuisine était dans le bâtiment à côté. J'avais beaucoup moins faim que je le croyais – je n’ai mangé que les oignons frits.

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

lundi 9 janvier 2017

Couverts de noir - Manchester


1871e jour - Se promener dans Moss Side, quartier “sensible” au sud de Manchester. Y croiser des silhouettes différemment couvertes de noir. Se demander : les gens, ici, ont-ils peur les uns des autres ?

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

vendredi 6 janvier 2017

La machine à remonter le temps (4) - Fresno






1870e jour - Vivre la remontée du temps comme une enquête policière. Relever : un panier de basket qui disparaît ; les couleurs qui changent suite à un ravalement ; les pelouses plus ou moins pelées ; les saisons fonction de la végétation ; les heures fonction des ombres ; les périodes inhabitées lisibles à l’absence de boîte au lettres (et les emplacements des boîtes aux lettres qui changent au fil du temps) ; la présence de chats sur la dernière image…

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

jeudi 5 janvier 2017

La machine à remonter le temps (3) - Fresno








1869e jour - Se poser à une intersection. Voir au fil des années, sur les panneaux, les messages changer. Noter à quel point les boissons alcoolisées sont représentées…

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

mercredi 4 janvier 2017

La machine à remonter le temps (2) - New York









1868e jour - Un jour, peut-être, on disposera d’assez d’images pour faire un flip-book. Ce sera fascinant, à n’en pas douter, de voir la ville, à grande échelle, évoluer.

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

mardi 3 janvier 2017

La machine à remonter le temps - Paris






1867e jour -J’ai habité en face. J’ai fait mes courses chez le primeur qu’il y avait là. Le primeur a disparu, son immeuble, comme d’autres, a été démoli. Longtemps, il n’y a eu qu’un terrain vague. Au delà des palissades, on pouvait voir les arbres pousser. Finalement, les travaux ont été lancés, les immeubles ont été construits. Ces derniers, aujourd’hui, sont habités mais je ne suis plus là pour le voir. Je vis ailleurs…

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci