jeudi 21 septembre 2017

Ainsi va la vie - Miami







2035e jour - En vrai, je ne verrai jamais rien du Green’s Dream Shoe Repair même si je viens de m’y promener aujourd’hui. Au grand dam de son propriétaire, le Green’s Dream Shoe Repair n’est plus. Cette institution de Little Haiti a été détruite en 2013 pour laisser place à un complexe immobilier de grande envergure (une dizaine d’étages, des arbres sur les toits, une piscine…).

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

mercredi 20 septembre 2017

American Desperado (2) - Miami


2034e jour - American Desperado de Jon Roberts et Evan Wright, page 393 :
Jon et moi descendons de sa Cadillac près du lieu du crime, au coin d’East Bay Harbor Drive et de la 96e Rue. La chaleur estivale est tempérée par une brise qui vient de Biscayne Bay. Jon – vêtu d’un short et d’un t-shirt rayé bleu et blanc comme Simon Le Bon du groupe Duran Duran aurait pu en porter dans les années 1980 – désigne un chemin près de la route où se trouvent les appartements du Seascape Club. Le chemin mène à un ponton qu’on ne peut pas voir parce qu’il est caché par de grands buissons en fleurs.
– C’est là que j’attendais le matin où Ricky a buté Richard Schwartz, déclare Jon.


Nous traversons la rue pour nous diriger vers une rangée de boutiques le long d’un trottoir en brique bordé d’arbres. Nous passons devant un drugstore et un salon de toilettage pour chiens, puis nous arrivons devant le restaurant Asia Bay. En 1977, l’Inside, le restaurant de hamburgers de Richard Schwartz, était exactement à cet endroit.
– Il venait travailler ici tous les matins.
Nous rejoignons le parking derrière le restaurant. Jon s’arrête près de l’entrée, à l’arrière du bâtiment.
– Richard Schwartz garait toujours sa voiture sur cette place de parking. Il fallait donc le tuer ici.

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

mardi 19 septembre 2017

American Desperado - New York


 2033e jour - Lecture de American Desperado qui vient d’être réédité en Livre de Poche (l’édition originale était chez 13e Rue). American Desperado c’est les mémoires de Jon Roberts recueillis par Evan Wright, journaliste/écrivain. Le CV de Jon Roberts a de quoi impressionner : braquages, arnaques en tout genre, rackets, tortures, assassinats, trafic de drogue à grande échelle pour le cartel de Medellin… Extrait, pages 260, 261 :
Comme si l’atmosphère n’était pas assez tendue, Andy et moi on a eu des emmerdes avec les clubs. Ça a commencé quand on nous a présenté Shamsher Walud. Ce type venait du Bangladesh et tenait un restaurant indien près de Central Park, le Nirvana, au numéro 30 de la 59e Rue Ouest. On nous avait dit que Shamsher voulait ouvrir un club. 
[…] je me suis renseigné sur lui et j’ai appris que son restaurant marchait bien et qu’il avait même une petite renommée. John Lennon était un habitué et il y exposait ses dessins comme dans une galerie improvisée. […] Andy et moi, on a pensé qu’il pourrait être un associé utile. […] Mais il a essayé de nous entuber. Il a ouvert un club dans notre dos. Évidemment, on lui a envoyé nos gars pour tout détruire et l’obliger à fermer boutique. Ensuite, on est retournés voir Shamsher et on lui a offert une seconde chance. Mais il était fier et obstiné. Il a refusé de travailler avec nous.
Au milieu des négociations, on a demandé à notre ami Mikey Shits de ramener cet imbécile à la raison. Mickey Shits, c’est le type qui se trimbalait avec une boîte de soupe Campbell pour tabasser les gens. Alors qu’il discutait avec Shamsher, une chose en amenant une autre, Mickey l’a frappé si violemment qu’il l’a envoyé à l’hosto…

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

lundi 18 septembre 2017

Body double - Liberty Island


2032e jour - Je vois assez bien comment dans l’enregistrement d’un panoramique deux images légèrement décalées dans le temps peuvent donner à voir des personnes dédoublées. Ce que je ne m’explique pas c’est pourquoi, ici, seulement certaines d’entre elles se retrouvent ainsi dupliquées.

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

vendredi 15 septembre 2017

Confidence - Liberty Island

2031e jour - Les doubles, la gémellité, les doppelgänger me fascinent tellement qu’il m’arrive de me demander si l’on ne m’a pas toujours caché que j’avais eu un frère jumeau mort-né.

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

jeudi 14 septembre 2017

Souvenirs… - Liberty Island


2030e jour - Soudain, ce matin, je me suis souvenu avoir ridiculement soutenu mordicus, lors d’une soirée chez une fille dont j’étais secrètement amoureux, que la statue de la liberté était posée sur Ellis Island. J’étais alors un jeune adulte un brin trop présomptueux.
Je ne sais pas s’il faut y voir une corrélation mais nous nous sommes rapidement perdu de vue ensuite, nous ne sommes jamais sorti ensemble.

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

mercredi 13 septembre 2017

Souvenirs du Ruch Chorzow

2029e jour - Pour moi, Chorzow, ça a d’abord été le Ruch Chorzow, une équipe de foot, et plus particulièrement une confrontation avec l’A.S. Saint-Étienne en quart de finale de coupe d’Europe. J’étais tout gamin. C’était en 1975. Au match aller, en Pologne, les verts s’étaient inclinés 3 à 2 (après avoir même été menés 3 à 0 à la mi-temps). Nous avions été quelques-uns à trembler durant une quinzaine de jours avant que l’ASSE finisse par triompher au retour (2 à 0 sur un terrain enneigé).
L’Europe de l’Ouest alors n’était pas hégémonique et le Ruch Chorzow était considéré comme une grande équipe – la plus titrée de son pays ! Le Ruch Chorzow était un nom du football.
Aujourd’hui, l’A.S. Saint-Étienne ne brille plus sur la scène européenne et le Ruch Chorzow évolue en seconde division. Et si le club fait parler de lui, c’est essentiellement, comme pour beaucoup de clubs polonais, à cause du hooliganisme. Ses supporters sont connus pour apprécier les ustawki, ces bastons en bande, organisées sur des parkings déserts ou en rase campagne entre hooligans de deux équipes (selon l’“accord de Poznan” conclu au début des années 2000 entre les groupes de hooligans du pays, les armes blanches sont interdites et les matchs de l’équipe nationale marquent une trêve ; il arrive qu’une aide médicale soit prévue pour les blessés). Bref, les temps ont changé.




/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

mardi 12 septembre 2017

En Pologne - Chorzow






2028e jour - Chorzow, Voïvodie de Silésie en Pologne, une petite centaine de milliers d’habitants. La ville, sous l’occupation allemande, fut baptisée Königshütte (littéralement Forge du Roi). Hanna Schygulla, paraît-il, est née là.

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

lundi 11 septembre 2017

Du côté de Wilcannia, Nouvelle-Galles du Sud, Australie

2027e jour - La route est une droite monotone jusqu’à ce qu’on perçoive, de loin, le panache de fumée, sombre, orangé. On ne sait alors s’il faut ralentir ou, au contraire, accélérer. Quelques secondes plus tard (alors qu’on a choisi d’avancer), se devinent les flammes, à l’instant même où l’odeur âcre de caoutchouc cramé commence à se faire sentir.










/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

vendredi 8 septembre 2017

In/Ex - La Défense


2026e jour - Deux facettes d’un même monde, deux évocations d’une même réalité qui me fascine autant qu’elle m’échappe…

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

jeudi 7 septembre 2017

Les fantômes de La Défense



2025e jour - Il arrive que la machine ait des ratés. Il arrive que ces ratés soient comme un écho de quelque chose (l’idée, par exemple, que l’on se fait – peut-être à tort – de ce que c’est que d’être un des travailleurs dans une des tours de La Défense).

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

mercredi 6 septembre 2017

Ultra Moderne Solitude - La Defense


2024e jour - Cinq minutes de pause. Sortir prendre l’air malgré la fraîcheur, la bruine. Rester là, regard dans le vide ou posé sur l’écran d’un téléphone… La journée promet d’être longue.

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci