lundi 25 mars 2019

Faux-semblants - Grozny




2371e jour - Aujourd’hui, face aux écrans de télévision vendus dans un magasin
d’électro-ménager du nord-est de Grozny, je me suis adonné à un de ces petits jeux dont je raffole : cadrer serré un détail jusqu’à ce que l'on ne puisse imaginer l'alentour. Et puis entreprendre un zoom arrière découvrant, vertigineux abyme, l’image dans l’image…






/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

vendredi 22 mars 2019

Premiers pas à Grozny

2370e jour - Grozny n’a longtemps était qu’une suite de mots au fil de l’actualité : guerre, invasion, tchétchènes, guerre, attentat, Kadyrov, exactions, Poutine…
De la guerre, en apparence, il ne reste plus de traces (tout est dans le “en apparence”).








/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

jeudi 21 mars 2019

Motel Thunderbird - Elko



2369e jour - Chroniques des jours enfuis de Sam Shepard, 13e note éditions. Page 157, au sujet du Thunderbird Motel à Elko, Nevada :
Je traîne ma selle à l’intérieur et l’appuie contre le mur, sur la moquette pleine de taches de vin. Les rideaux sentent un peu le vomi de pizza, mais je suis trop fatigué pour y attacher de l’importance. Je m’effondre, assis sur le rebord du matelas. […] Les toilettes ici ne cessent de faire des bruits stridents telle une ambulance dans le lointain qui n’arrivera jamais à temps sur la scène de l’accident. Je suis abattu. J’allume CNN, histoire de prétendre que je fais toujours partie de ce monde.

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

mercredi 20 mars 2019

Chroniques des jours enfuis - Victorville




2368e jour - Chronique des jours enfuis de Sam Shepard, 13e note éditions. Page 155 :
Le Queens Motel, avec un brontosaure en plâtre d’un vert fade qui s’effrite sous le soleil du désert, debout sur ses pattes arrière devant une énorme antenne satellite noire qui fait face aux montagnes Roy Rogers. Je ne savais pas qu’on avait baptisé des montagnes au nom de Roy. […] Je me demande qui prend ce genre de décision. Qui décide du nom des montagnes et des rues ? Ça doit être décidé en comité ou quelque chose comme ça. Je connais un type au Texas qui a obtenu qu’une autoroute aux abords de Dallas soit baptisée au nom de son père parce que ce dernier possédait la société qui fabriquait le bitume utilisé pour la route.

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

mardi 19 mars 2019

Trois images de Loveladies

2367e jour - New Jersey. Sur une carte, survoler la côte le long de l’Atlantique. Découvrir que les américains peuvent nommer un lieu Loveladies. Et, bien sûr, aller voir.





/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

lundi 18 mars 2019

Climax !

2366e jour - Et puis un jour découvrir sur une carte qu’un patelin dans le sud de la Géorgie, pas très loin à vol d’oiseau de Tallahassee, se nomme Climax.
Découvrir que la ville [280 habitants au dernier recensement] s’appelle ainsi parce qu’elle est située au point le plus haut d’une ligne de chemin de fer qui va de Savannah à la Chattahoochee River.
Se souvenir d’un autre Climax, cette fois dans le Colorado, qui avait longtemps était la colonie humaine la plus élevée des États-Unis. Se dire que ça pourrait être une chouette collection, celle de tous les climax du monde. Se promettre de partir en quête. En attendant, traîner en ville (la trouver, à sa façon, sublime)…

















/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

vendredi 15 mars 2019

Not so boring - Boring









2365e jour - Aujourd’hui, j’ai voulu voir à quel point Boring, Oregon, était un bled ennuyeux. Je n’ai pas croisé grand monde mais il faut dire qu’il était tôt le matin. j’aurais bien bu un verre mais le Not So Boring sur Wally Road était encore fermé ; il n’allait ouvrir qu’à 11 heures. Je n’ai pas eu la patience d’attendre.

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

jeudi 14 mars 2019

Back in Plurien







2364e jour - Plurien, Côtes-d’Armor.
 Au 1483e jour de ce voyage j’écrivais : “La véritable angoisse : n’avoir plus rien à découvrir, n’avoir plus rien à dire. Et par la force des choses, arrêter le voyage”
C’est toujours un peu vrai – il m’arrive, je le concède, d’avoir envie d’aller voir ailleurs – mais il suffit parfois de tomber sur une image, une image d’Éric Tabuchi par exemple (Eric Tabuchi dont on ne ventera jamais assez l’incommensurable talent) pour que me viennent des envies de reprendre la route, d’aller voir si Plurien a changé depuis janvier 2015, date de mon dernier passage. Et voilà, le voyage continue.

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci