vendredi 1 juillet 2022

Souvenirs de Méricourt



2968e jour - Une plaque “IMPASSE du PREMIER MAI” à laquelle je ne peux m’empêcher de voir une portée politique dans ces Hauts-de-France faisant la part (de plus en plus) belle à la droite extrême. Et puis, plus loin, à l’approche du centre ville, ce panneau “ATTENTION FÊTE LOCALE” qui tient, me semble-t-il, dans sa formulation, de l’injonction paradoxale…

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

jeudi 30 juin 2022

Traces du temps qui passe - Méricourt







2967e jour - Traces du temps qui passe… L’épicerie du Pont qui devient la Friterie du Pont… La pharmacie de la rue du Premier Mai qui devient Kebab Dylan… Le Service Enfance Jeunesse Éducation Populaire qui devient la Friterie du Centre (il y a beaucoup de friteries dans la région, plus que de pizzerias par exemple)… Les rideaux de fer baissés, les locaux commerciaux vides qui ne trouvent pas de preneurs.

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

mercredi 29 juin 2022

Perfide gabion - Méricourt



2966e jour - Aujourd’hui, à Méricourt, j’ai pris une résolution : m’intéresser dans les jours que viennent au gabion, cet élément d’aménagement urbain qui s’est mis à pulluler depuis quelques années un peu partout dans nos villes – “Très design et modulable, le mur de gabion est très demandé en milieu urbain par les architectes, bureaux d’études et paysagistes car il s’intègre totalement dans le paysage” [sic].
Un rapide coup d’œil sur internet m’a permis d’apprendre que les fils de fer pouvaient être traités au Galfan (un alliage 90 % Zinc, 10 % Aluminium) pour apporter une résistance à la corrosion 6 fois supérieure à une galvanisation standard. J’ai appris que la pierre peut être vibro compactée afin d’atteindre une densité optimale de la cage. J'ai appris que les cages pouvaient être remplies de roches (souvent du calcaire), de galets (souvent de marbre) ou de roche tambourinée (la pierre prend alors la forme d’un galet plat).

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

mardi 28 juin 2022

La fabrique à OVNI - Méricourt




2965e jour - Plaisir simple : à Méricourt, me promenant, j’ai adoré faire du château d’eau un OVNI qui survolait la ville en masquant le pied du bâtiment avec des éléments de premier plan.

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci


lundi 27 juin 2022

9 vues sur Terril - Méricourt










2964e jour - Le terril de l’ancienne fosse 4/5 Sud, 90 mètres de haut pour un pourtour elliptique d’environ deux kilomètres et des pentes à 30 %. Tout le monde, ici, le surnomme “le bossu”.

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

vendredi 24 juin 2022

Mustang Burger - Méricourt



2963e jour - Méricourt, face au “Mustang Burger”. Si je suis là, c’est pour faire un clin d’œil à Thierry Girard qui a photographié les lieux – et c’est l’occasion pour moi de dire toute l’estime que j’ai pour son travail. Je connais deux photos qu’il a prises de ce “Mustang Burger” (photos ci-dessus), et les deux, je dois l’avouer, m’émerveillent (contrairement à d’autres photos des mêmes lieux prises depuis par d’autres photographes ; je crois que s’il lit ce post, il comprendra)…



Je ne peux pas moi, comme Thierry Girard, m’installer sur l’esplanade, le parking. Alors, je regarde de loin, de la route, et même du parking de l’Intermarché d’en face…




Et puis, je vais voir à quoi ressemble le “contre-champ”, l’arrière de la baraque. Et puis, je prends de la hauteur pour embrasser l’espace d’un regard panoptique : la station de lavage limitrophe, le pylône, le terril…




Et puis, je remonte le temps, Street View permet cela, jusqu’à juillet 2008, date à laquelle le “Mustang Burger” n’est pas.

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

jeudi 23 juin 2022

Simple House - Kamakura




2962e jour - C’est sur le front de mer (front d’océan pour être exact car il s’agit ici du Pacifique), à Kamakura, préfecture de Kanagawa. Ce nom de Simple House fait rêver. Une visite au site de l‘établissement fait découvrir de grands espaces intérieurs peints de blanc. Les lieux peuvent faire office de studio photo, de salle de banquet, de retraite hype, d’espace d’exposition… Je ne sais pas s’il y a souvent l’occasion de faire de l’événementiel à Kamakura mais c’est l’idée, a priori.

Chose étonnante, sur la carte, la Simple House apparaît sous une appellation nettement moins glamour : Lopez Location. Et l’on découvre remontant le temps, qu’il y a une dizaine d’années était implanté là le pas plus glamour Sushi-Bar-Kai devant lequel, nul doute, je ne me serais pas arrêté.




/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

mercredi 22 juin 2022

Pauvres, Ardennes









2961e jour - Je traverse le village (180 habitants) hanté par une question : comment appelle-t-on les gens qui vivent là (sur internet, je ne trouve pas la réponse) ?

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

mardi 21 juin 2022

Photo souvenir - Paris



2960e jour - Avenue des Champs-Elysées en fin de journée. On est en mai 2022 (il n’y a donc vraiment pas longtemps). À l’arrière-plan l’avenue, et peut-être, en fond, minuscule dans l’image, l’Arc de Triomphe…

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

lundi 20 juin 2022

L’œil - Torre Alfina


2959e jour - Torre Alfina toujours. Tout le week-end, il m’a hanté, cet œil. Et je me demande : comment les gens du coin le voient-t-ils, les enfants particulièrement ? Font-ils des détours pour l’éviter ? S’y sont-ils finalement habitués (habitués au point de l’aimer) ? Ou, mieux encore, le considèrent-ils comme un des joyaux du village, une part de son identité ?

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

vendredi 17 juin 2022

Juste des pinces à linge… - Torre Alfina



2958e jour - Torre Alfina dans le Latium un jour de fortes températures. Je cherche l’ombre. Dans une ruelle pentue, je reste quelques secondes durant face à des pinces à linge alignées sur une barre de fer. Je les compte, elles sont 25 (20 de couleur crème, 4 bleues, 1 verte). Et pendant ces quelques secondes où je les contemple, elles sont pour moi un peu comme le centre du monde – elles me permettent en tout cas d’une certaine façon de m’évader, de ne pas penser à autre chose.

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci